Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Association Autrement, Autres Mots

Association Autrement, Autres Mots

L'association Autrement, Autres Mots a été créée par un collectif d'associations du Loiret pour organiser le Festival du Livre "Autrement, Autres Mots". Pour toute information, contacter autrement.autresmots@laposte.net


Les auteurs de la 5ème édition

Publié par l'Association Autrement, Autres Mots sur 6 Novembre 2013, 20:41pm

Catégories : #Festival du Livre 2013

 

 

• Laure DE VULPIAN

 

silence-turquoise.jpg

 

Ce livre révèle la vérité sur l’opération « humanitaire » Turquoise, confiée à des militaires. Cette opération planifiée par les autorités françaises, contestée dès l’origine, commence douze jours seulement avant la chute de Kigali et la fin du génocide – douze jours entachés d’imposture militaire et politique et de choix très fautifs, selon Thierry Prungnaud.
Cet ancien du GIGN sait de quoi il parle, il a participé à Turquoise au sein du Commandement des forces spéciales (COS). Acteur et témoin, il évoque un état-major français presque toujours pro-hutu, dévoile des zones d’ombre, effrayantes, notamment à Bisesero entre le 27 et le 30 juin 1994, où plus d’un millier de Tutsis ont été massacrés et alors que, à proximité, la hiérarchie connaissait le danger qui pesait sur eux. Elle n’a donné aucun ordre pour les protéger.
Il y a quelques années, la justice a été saisie d’une plainte contre l’État français pour « complicité de génocide et de crimes contre l’humanité ». Depuis, le tribunal aux Armées instruit – mollement.
L’enquête serrée de Laure de Vulpian s’appuie sur le témoignage du sous- officier. Elle met en évidence les faiblesses de la Mission parlementaire Quilès, la campagne de désinformation orchestrée par une poignée de hauts responsables militaires et politiques, notamment sous la plume de Pierre Péan, le positionnement très « idéologique » – anti Tutsi – d’officiers supérieurs de Turquoise, ainsi que leurs mensonges.

 

• Mireille FANON-MENDES FRANCE

 

CVT_Frantz-Fanon-Recueil-de-Textes-par-Mireille-Fanon-_851.jpeg

 

Mireille Fanon-Mendes-France, fille aînée de l’auteur des «Damnés de la terre», Frantz Fanon, est présidente de la fondation du même nom.

Experte du groupe de travail sur les Afro Descendants au Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Dans l’entretien qu’elle nous a accordé, elle revient sur la commémoration du 50e anniversaire de la mort de son père et sur ce qu’elle qualifie de «provocation» française à l’encontre de la mémoire algérienne et l’indépendance du pays. Elle avertit aussi sur la volonté des pays anciens colonisateurs d’asservir les anciennes colonies, digne fille d’un grand militant des libertés des peuples et de leur droit à l’indépendance, rejetant toute forme de colonisation.


 

• Claude GUILLAUMAUD-PUJOL

 

letempsdescerises_L671a.jpg

 

Mumia Abu-Jamal, un homme libre dans les couloirs de la mort.
Dans ce récit, Claude Guillaumaud Pujol (maitre de conférences spécialiste des Etats Unis) raconte l’histoire de Mumia Abu Jamal, enfermé dans les couloirs dans la mort pendant près de 30 ans, et auteur d’ouvrages traduits dans le monde entier. Son enfance, ses premiers engagements, jusqu’au piège qui referme ses mâchoires et les garde bien serrées encore aujourd’hui…

 

 

• Daniel SCHNEIDERMANN


Daniel Schneidermann est un journaliste français, né à Paris le 5 avril 1958. Il se consacre en particulier à l'analyse des images télévisuelles, en écrivant des chroniques hebdomadaires, d'abord dans Le Monde puis dans Libération. De 1995 à 2007, il a dirigé et présenté l'émission de télévision Arrêt sur images sur France 5. Après 2007, à la suite de l'arrêt du programme sur décision de la chaîne, l'émission est transposée sur internet sous le nom @rrêt sur images.

 

• Chloé DELAUME

 

Née d'une mère française et d'un père libanais, Chloé Delaume passe son enfance à Beyrouth, malgré la guerre qui détruit sa maison familiale. En 1983, à Paris, sa vie bascule. Son père tue sa mère et retourne l'arme contre lui. Elle racontera cet épisode dans 'Le Cri du sablier'. Orpheline à 10 ans, elle vit chez ses grands-parents, puis chez son oncle et sa tante. Dans l'optique de devenir professeur comme l'était sa mère, elle s'inscrit en lettres à la faculté de Nanterre, mais elle s'y ennuie trop et arrête les études en maîtrise. Elle travaille alors dans des bars à hôtesses et se met à écrire. Son premier livre, 'Les Mouflettes d'Atropos' paraît en 2000, et comme dans les deux livres qui suivent, 'Le Cri du sablier', et 'La Vanité des somnambules', elle pratique l'autofiction

 

 

ou-sang-appelle-1422121-616x0.jpg

 

«Il est journaliste, elle est écrivain. Elle ne veut pas d'enfant, lui en a déjà trois : ils feront un roman. Deux coeurs de pierre partagent leurs éboulements, et suivent les appels du sang.
Leur été 2012 se passera au Liban, à Kobayat, tout près de la frontière syrienne. Il l'accompagnera dans ce village maronite, au creux des montagnes, où elle a vécu ses cinq premières années, où est né et enterré son père, où survivent ses oncles, ses tantes, le clan Abdallah. Ils seront tous là sauf l'oncle Georges. Georges Ibrahim Abdallah, chef présumé des Fractions Armées Révolutionnaires Libanaises, condamné à perpétuité pour actes terroristes, incarcéré en France depuis vingt-huit ans. Toutes les familles ont leurs secrets et leurs drames. Celle-ci plus que d'autres.


 

• Baptiste MYLONDO

 

Baptiste Mylondo est un enseignant en économie et philosophie politique né le 4 avril 1980 à Chauny (Picardie). Il est un partisan connu de la décroissance et du revenu universel en France, qu'il défend aujourd'hui avec le collectif Pour un Revenu Social (POURS).

En parallèle de ses études, Mylondo contribue jusqu'en 2004 à plusieurs revues, radios, en tant que pigiste (France Bleu Orléans, Reflets du Loiret, Regards, Re- gards Humanitaires, Actuvu, Nouvelle République du Centre).

En 2004, il cofonde et cogère la Société Coopérative d’Intérêt Collectif Alter-Conso, une coopérative basée à Vaulx-en-Velin offrant un système de distribution de produits agricoles locaux en circuit court.

Il quitte la coopérative en 2008 et se consacre alors plus entièrement à l'enseignement et la recherch.


 

• Samuel ZARKA du Réseau Salariat

 


Réseau Salariat est une association d'éducation populaire. Elle réunit des travailleurs et des travailleuses de tous horizons : salarié-e-s d'associations, d'entreprises et de la fonction publique, syndicalistes, mais encore retraité-e-s, chômeurs et chômeuses, parents et étudiant-e-s.

 


Commenter cet article

Nous sommes sociaux !

Articles récents